Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par fean73

presentation-EUROTOURNOI-2011.jpgChristian Carl préside à ces gens-là sans lesquels ce petit tournoi devenu le plus grand au fil des années ne serait pas. Ils sont ainsi une bonne centaine de bénévoles à donner, à offrir une part de leur temps pour partager leur passion. Et ça marche.

 

« Personne ne quitte l’EuroTournoi si ce n’est contraint et forcé, constate non sans un brin de satisfaction Christian Carl. Les anciens restent, d’autres, nouveaux, arrivent chaque année. Et leur seul salaire est le “merci à bientôt” des équipes invitées. Le groupe évolue, mais le plaisir et l’envie restent les mêmes. »

À l’école Karabatic

 

Le discours n’est pas de façade, il suffit de discuter avec les uns et les autres, internationaux de tous bords, champions de ci et de ça, pour s’en persuader. Tous ne parlent que de revenir.

 

C’est que l’EuroTournoi est devenu grand, très grand. Sans avoir jamais cédé à la moindre tentation. Mais en ne se revendiquant que de ces valeurs qui plaisent tant peut-être parce qu’elles deviennent rares.

 

« L’EuroTournoi, c’est un tournoi très sérieux organisé par des gens qui ne se prennent pas au sérieux », déclarait Claude Onesta, un des inconditionnels du rendez-vous strasbourgeois, il y a quelque temps.

 

« C’est comme ça que j’ai appris le handball, répond Christian Carl. Ce que m’a enseigné Branko Karabatic du temps où il était Robertsovien. Et c’est resté ma façon de voir ce sport que je n’aimerais pas s’il ne gardait ce côté familial, cette vision affective des choses. »

 

Le fort de ces gens-là, finalement, est d’être parvenus à ne rien galvauder tout en faisant de l’ET un des rendez-vous les plus prisés du handball mondial. Et le cru 2011 n’a rien à envier à celui des années passées.

 

« C’est, à mon avis, un des tout meilleurs, confie Christian Carl. L’équivalent de celui des années Ciudad Real et Hambourg. Outre Montpellier et Chambéry, on y verra du très lourd avec les Rhein-Neckar Löwen ou Veszprem. Et du tout bon avec Saint-Petersbourg et Granollers. De tout temps, l’ET a proposé de belles surprises, invité des équipes qui sont vite devenues les chouchous du public (Suzuka, Altea, Silkeborg). Ç a devrait à nouveau être le cas cette année. »

 

Dire que Saint-Pétersbourg pourrait être la bonne surprise de cette 18 e édition, sachant que les Russes disputeront la Ligue des champions, prouve le niveau atteint par la manifestation strasbourgeoise… Au bout du compte, on devrait une nouvelle fois ne pas s’ennuyer durant ces quatre jours de compétitions.

« S’il existe une vérité, c’est bien celle du public »

 

Les uns, ceux au fait des choses du handball, y trouveront forcément leur compte. Les autres, curieux venus “juste voir” repartiront conquis.

 

« Rien n’est jamais sûr, rien n’est gagné d’avance, termine Christian Carl. Mais s’il existe une vérité, c’est bien celle du public. Et celui-ci ne s’y trompe pas. »

 

Le Rhenus affichera ainsi complet samedi et dimanche, quand bien même il reste des places à prendre (il y a urgence). Il devrait également vibrer dès jeudi, d’autant que Montpellier (face à Saint-Pétersbourg) et Chambéry (face à Granollers) seront en lice.

 

De quoi bien lancer un ET qui ne cédera en rien à ses devanciers. Une superbe mise en bouche avant le préolympique qui verra l’équipe de France fouler le parquet du Rhenus Sport dans un an. Une autre histoire…

et11_carte_europe_relie_equipesf.jpg

Source Dernières Nouvelles d'Alsace.

affiche-eurotournoi-2011.jpgpres_et_czsazar.jpg

Photo : Patrick Davignon.

Commenter cet article