Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par fean73

Actuellement troisième au classement, l’équipe de Tremblay a pris une autre dimension cette saison. Aujourd’hui, elle ne cesse d’impressionner. Son déplacement à Chambéry, mercredi, promet déjà d’être explosif.

Tremblay-en-France. Mais encore… Tremblay, nouvelle capitale handballistique de l’Ile de France. N’en déplaise à Paris, Ivry ou Créteil, cette commune de Seine-Saint-Denis possède, aujourd’hui, la meilleure équipe de la région. Troisième au classement, le TFHB ambitionne même de la rester.
La courbe de progression des Jaunes et Bleus est impressionnante. En 1997, Tremblay était encore en National 3, soit en cinquième division française. Deux ans plus tard, l’équipe connaît une promotion à l’échelon supérieur (N2). Puis en 2001, les Tremblaysiens montent en Nationale 1, et même en deuxième division l’année suivante. L’histoire est en marche. La formation du 93 va ensuite faire le yo-yo : relégation en 2003 mais remontée immédiate en 2004. En 2005, c’est la consécration. Le club accède à la première division pour ne plus jamais la quitter. Onzième la première année, puis sixième et enfin septième la saison dernière. Tremblay est un OVNI.
Comment est-ce que ce petit club de banlieue est devenu en l’espace de quelques années l’une des places fortes du handball hexagonal ? Les Jaunes et Bleus, aujourd’hui Bleus et Jaunes, ont été d’abord façonnés par David Peneau, aujourd’hui entraîneur de Créteil. C’est lui qui a fait monter l’équipe en 2005. Puis en 2007, Thierry Perreux a pris le relais avant Stéphane Imbratta cette saison. Mais la force de Tremblay, c’est avant tout la richesse de son effectif. Le fruit d’un recrutement intelligent. Des pointures du handball international sont venues stabiliser le groupe, ces dernières années, à l’image de Semir Zuzo, Rastko Stefanovic et Wissem Bousnina. Ajoutez-y des valeurs sûres de D1 comme Sébastien Ostertag, Matthieu Drouhin ou Sébastien Mongin, et vous obtenez un cocktail détonnant.
Les Tremblaysiens s’appuient également sur une efficace assise défensive. La deuxième meilleure du pays. Et puis le TFHB, c’est aussi du jeu rapide avec des enchaînements où le ballon ne cesse d’être en mouvement. Le tout en étant appliqué, comme en témoigne les pourcentages de réussites des quatre stars : Zuzo (71 %), Ostertag (67 %), Stefanovic (67 %) et Bousnina (65 %). La réussite de Tremblay n’est donc pas surprenante. Elle est logique. Et Chambéry va pouvoir s’en rendre compte mercredi.

article " la ligue de Handball " décembre 2008

 
clichés archive Jean Pierre RIBOLI

Commenter cet article