Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Catégories

Publié par fean73

Cédric Paty se confie à Yves Michel dans handzone
Chambéry et Cédric Paty visent l'Europe
20 Mai 2015 | France > LNH

C'est le duel à distance entre Montpellier et le PSG qui attirera encore les regards lors de cette 24ème journée. Chambéry et le toujours vert Cédric Paty ont un bon coup à jouer face aux Héraultais. D'autant qu'ils ambitionnent de brûler la politesse à St Raphaël et Dunkerque pour une place sur le podium.

Et si Cesson et Chambéry marquaient d’un sceau indélébile la 24ème journée en jouant les juges de paix face au PSG et Montpellier ? Qui craquera le 1er en tête de la D1 masculine ? C’est la question posée depuis que les Parisiens ont grignoté leur retard sur le leader et qu’un petit point sépare les deux équipes.

Ce mercredi, les joueurs de Philippe Gardent rendent visite à Cesson mais à St Brieuc, 110 km plus à l’ouest. La salle de La Valette étant trop petite, Le Liberté étant occupé, ce rendez-vous de prestige a été délocalisé à Steredenn, une structure de 3000 places construite il y a 20 ans. Les Bretons y évolueront sans pression comme ils ont abordé la semaine dernière la réception de St Raphaël (27-27). Ils ne seront pas favoris face à un PSG qui en championnat, reste sur une série de quinze matches sans défaite. Le lendemain, Montpellier passe un sérieux test en Savoie, dans un environnement qui sans être hostile ne lui sera pas favorable. Jouer à Chambéry n’est jamais facile, le MAHB l’a souvent appris à ses dépens avec 3 succès seulement lors des dix dernières saisons en LNH. Ce match revêt une importance pour les Héraultais mais également pour leur adversaire qui vise la 3ème place pour l’instant occupée conjointement par St Raphaël et Dunkerque (30 pts).

Cédric Paty lui, en a vu d’autres et a remporté des challenges bien plus ardus. A presque 34 ans (le 25 juillet prochain) et après 9 saisons passées au pied des Alpes, l’ailier champion olympique a décidé de rempiler et continuer l’aventure jusqu’en 2016 voire 2017. Pour renouer surtout avec l’Europe et ses joutes endiablées. 

Cédric, ce rôle de juge de paix est inédit…
Sincèrement, on ne s’intéresse pas à ce duel entre Montpellier et Paris, on ne s’occupe que de nous avec cette possibilité d’obtenir la 3ème place et un billet pour l'Europe.

St Raph' et Dunkerque ont une fin de calendrier plus difficile…
Oui mais Chambéry est capable du meilleur comme du pire. Cette 3ème place ne se joue pas que jeudi avec la réception de Montpellier. Aller à Nîmes et recevoir Toulouse, même s’ils n’ont plus rien à jouer, n’aura rien d’évident.

Tous les gros sont tombés au Phare, il n’y a plus que Montpellier…
On se rappelle qu’au match aller, on a pris une sévère correction (32-22). Ils sont largement devant nous mais il n'y a pas à calculer. Il reste trois rencontres et il faut les gagner !

Vous avez été inconstants face à des équipes qui étaient à votre portée…
C’est malheureux et on regrette d’avoir perdu des points précieux chez nous, comme contre Istres ou Cesson. J’espère que cela ne va pas nous coûter cher à la fin.

En début de saison, viser le podium ne paraissait pas évident…
Une remarque, c’est juste cette année qu’on n’a pas joué l’Europe. De nombreuses équipes se sont renforcées mais nous, on n’a rien lâché, c’est ce qui nous amène au niveau qui est le nôtre aujourd’hui.

Ton rôle au sein de l'équipe est-il redéfini ? 
Non, mais c’est assez particulier puisque je mène en parallèle des études de kiné (à Grenoble), ce qui est aussi un choix de carrière après le handball. Avec le club, on est tombé d’accord assez tôt mais il y avait d’autres priorités avant de l’annoncer. Concernant mon rôle, j’ai toujours la même envie de jouer et si on me voit moins en ce moment, c’est par choix de l’entraîneur. Dans ma tête je suis reparti pour un voire deux ans et ce n’est pas pour faire des piges comme un joueur qui peut donner des coups de main.

Qu’est-ce que cela fait de voir sur ce couloir droit, des joueurs de 20-25 ans ?
Honnêtement, pas grand-chose, si ce n’est que j’étais à leur place il y a dix ans (rires). Je trouve cela bien dans une équipe l’année prochaine qui sera un bon mix entre anciens expérimentés et jeunes en devenir. Il n’y a pas non plus de gros bouleversements donc c’est bien pour la suite.

Est-ce que tu as douté sur la capacité de Chambéry à revenir au 1er plan ? 
Lorsqu’on sort d’une saison à la 8ème place et qu’on ne joue pas l’Europe, il y a de quoi se poser des questions. On ne peut pas parler d’échec puisqu'on a été en finale de coupe de France et qu'on a gagné le Trophée des Champions. Le club a retrouvé je pense toute sa vitalité économique, on a une salle qui est pour moi, la plus belle de France et avec quasiment la même équipe que l’an passé, on a su relever la tête.

L’arrivée d’un nouvel entraîneur a-t-elle tout changé ? 
Cela répond en tout cas à la volonté des dirigeants. Il fallait une réelle rupture et de ce côté-là, on a été servi. C’est un Croate qui nous amène énormément de rigueur et d’exigence dans le travail, le relâchement est interdit, on s’entraîne beaucoup plus et qu’on soit jeune ou plus vieux, tout le monde tire la langue.

Penses-tu terminer ta carrière à Chambéry ? 
Oui. C’est ma 9ème saison ici, à 34 ans je n’avais aucune envie de changer et comme le club voulait me garder, la négociation a été facile. Je pense même qu'avec une reconversion en vue et sans proposition de Chambéry, j’aurais pu arrêter ma carrière. Là, je continue, tout est parfait. 

Pour lire la présentation de la 24e journée, cliquez sur le lien ci-dessous.

 

Yves Michel

Commenter cet article